8.7.10

jouer à la poupée





en bas de chez nous, des voisins rénovent une maison.
au fil des jours je vois les cloisons être abattues les unes après les autres.



vont-ils faire tomber la fenêtre façon atelier d'artiste que j'aime tant?
...ah oui, c'est fait, dommage.



tiens, ce sont les murs extérieurs qui ont été défoncés aujourd'hui.



je vois chaque matin la vieille baraque vomir plus de gravas qu'elle ne semble pouvoir en contenir, au gré des allers-retours des ouvriers vers la benne; pas sûre que ça finisse un jour, vu comme ça.





en attendant, c'est un peu comme si je jouais avec une énorme maison de poupées; vous savez, comme celles dont on ouvre la façade, dont on voit l'intérieur en coupe. j'imagine la vie des anciens occupants et je m'amuse de la frénésie des nouveaux à vouloir tout changer. ils auraient presque pu tout raser.



je regarde les tapisseries un peu fanées, et je me dis que je l'aurais bien gardée moi cette chaise en formica.
je suis pourtant certaine qu'elle finira aussi à la benne.






jouer à la poupée

3 commentaires:

  1. moi je dis, un petit coup de sonnette et cette chaise peut être tienne !

    RépondreSupprimer
  2. voici un très beau billet, triste et poétique à la fois...comme une très joli bouquet de roses qui commencent tout doucement à fâner...on sait que bientôt, elles finiront à la poubelle, mais on refuse l'idée qu'une chose qui fut si belle puisse avoir une fin de vie si triste...

    (je rejoins le conseil de Marie ;) )

    RépondreSupprimer
  3. oui je crois que je vais tenter!
    merci Papillon ;)

    RépondreSupprimer